Le parasitisme


A quels parasites s’intéresser à l’automne ?

Strongles digestifs

L’activité des strongles digestifs diminue pendant l’hiver. Le froid va assainir partiellement les pâtures, et la majorité des strongles va survivre sous forme de larves ou d’adultes à l’intérieur des animaux.pature hiver

Douve et Paramphistome

Ces deux parasites s’attrapent dans un milieu humide (marais ou point d’eau herbeux). Ils peuvent survivre longtemps dans l’animal après l’avoir infesté.

milieu humide

Pourquoi un traitement à la rentrée à l’étable ?

Détruire un maximum de parasites

Une fois les animaux rentrés à l’étable, ils ne peuvent plus se contaminer. La plupart des traitements sont beaucoup plus actifs sur les adultes que sur les larves. Les larves se transforment en adulte dans un délai d’environ un mois. La période idéale pour traiter est donc environ un mois après la rentrée à l’étable.

vaches étable

Conserver un contact léger pour assurer une bonne immunité

Les vaches s’immunisent au fil des contacts avec les strongles digestifs. Il est donc intéressant de conserver un contact avec les parasites pour maintenir une immunité correcte, et donc diminuer la fréquence des traitements.

Faut il traiter systématiquement ?

En l’absence d’informations

Il est toujours possible de traiter. Un traitement contre les strongles digestifs une fois par an est conseillé, surtout en fin de 1ère et deuxième saison de pâture. Ces animaux sont les plus sensibles et donc les plus parasités. Ils constituent la majorité de la réserve de parasites pour l’année suivante.

La douve ne se trouve que dans les zones humides (y compris les points d’eau). Il n’est donc utile de traiter que si les animaux sont sur des parcelles à risque.

Traiter seulement si nécessaire

Il est désormais possible de vérifier l’état d’infestation du troupeau avant de traiter, et donc de ne traiter que si nécessaire. A l’automne, deux types d’analyses sont intéressantes.

Pour les strongles digestifs, il est plus intéressant de rechercher l’immunité du troupeau que les strongles eux même. L’analyse de choix est une sérologie sur le lait pour les laitiers. Pour les allaitants, on fera plutôt un dosage du pepsinogène sur un lot de première et deuxième saisons de pâture.

Pour la douve, l’analyse sera une sérologie et se fait sur un lot de 5 jeunes et de 5 âgées.

A noter que le cabinet vous propose un suivi parasitologique de votre élevage, incluant les analyses ci-dessus et des coprologies au printemps afin de rentabiliser au mieux vos traitements. N’hésitez pas à nous demander plus d’informations.