L’acétonémie ou cétose


Qu’est ce que la cétose ?

  • Maladie métabolique

  • Touche essentiellement les vaches laitières autour du pic de lactation

  • Peut se produire aussi lors de l’ingestion d’un ensilage trop acide (acide butyrique)

  • Forme légère : sub-cétose, qui provoque une baisse des performances et rend plus sensible à d’autres maladies

  • Forme grave : cétose clinique, ou crise d’acétonémie, qui bloque le fonctionnement digestif et hépatique de la vache, occasionnant de sévères chutes de lait (d’autant plus que cela a lieu au pic de lactation)

Comment s’installe-t-elle ?

L’organisme de la vache, souvent trop grasse, va préférer utiliser les réserves énergétiques de l’animal plutôt que de métaboliser celle en provenance du rumen. Cela libère dans le sang beaucoup de déchets, dont l’acétone, qui intoxiquent la vache et font chuter l’appétit. La baisse d’appétit favorise l’utilisation des réserves, et ainsi de suite.

ph nec elevée

Détection / symptômes

  • Baisse de l’appétit et de la production laitière

  • Troubles de l’équilibre pouvant aller jusqu’au coma et la mort

  • Odeur d’acétone plus ou moins marquée (odeur de pomme)

  • Vache trop grasse au vêlage

  • Rapport TB/TP>1,33

  • Pas de fièvre

  • Préférence des fourrages fibreux aux fourrages énergétiques

  • Tests urinaires (plus sensible) ou sur le lait (moins sensible, plus facile d’utilisation) à envisager

Prévention

  • Utile sur :

    • les vaches grasses (NEC>4) en fin de tarissement

    • les vaches âgées (à partir du 3e veau)

    • les vaches fragiles (antécédents d’acétonémies, de caillette, de mauvaise délivrance ou de métrites)

  • Éviter une reprise d’état trop importante au tarissement

  • Travailler les transitions alimentaires sur 2 semaines

  • Ajout de sucres rapidement assimilables sur les vaches fragiles

  • Traitements préventifs très efficaces sur les vaches les plus à risque (demander conseil à votre vétérinaire)

Traitement d’une crise d’acétonémie

vt

  • Traitement médicamenteux : indispensable en cas de crise, afin de faire repartir la digestion et d’éliminer les toxiques accumulés dans l’organisme. Demander conseil à votre vétérinaire.

  • Modification de l’alimentation : fourrages pour stimuler la reprise d’appétit, puis aliments énergétiques (ensilage-farine) dès que possible.

  • Attention à ne pas basculer en acidose : ne pas insister sur les concentrés/sucres assimilables rapidement tant que l’appétit n’a pas repris.